Va te faire Incuber!!!

La folie start-up

Start-up vous avez dit Start-up?

Jamais « Start-up » n’a été autant prononcé et souvent à tort et à travers. Objet de fantasmes pour les uns, d’espoir pour les autres, la réalité est souvent plus cruelle et la jungle à priori accueillante se présente malheureusement rapidement hostile.

Dans Start-up il y a « Start » qui signifie « Société qui démarre », mais il ne faut pas oublier le « Up » qui doit signifier que l’entreprise doit avoir un produit ou service innovant à très forte attractivité et un modèle scalable (reproductible) à très fort potentiel économique. Les chiffres sont une nouvelle fois cruels: 90% des start-up échouent. 94% c’est la proportion des dirigeants de start-up qui ont au moins un niveau d’études Bac+5. Le mythe de l’entrepreneur autodidacte n’a plus sa place dans la création d’entreprises dans le secteur du numérique. Âgés en moyenne de 40 ans, 51% des dirigeants se définissent comme des serial-entrepreneurs. Ils sont 92% à cumuler le statut de fondateur et de gérant de l’entreprise qu’ils dirigent actuellement. (Source : Insee / APCE / CBinsights)

Le rêve américain

L'entreprise de technologie la plus viable au monde a vu ses débuts dans le garage des parents de Steve Jobs, en 1976, où il a fabriqué, à l'aide de son ami Steve Wozniak, 50 ordinateurs pour un détaillant local. Rien ne les a arrêté...
Steve Jobs et Steve Wosniak 1976

Ils ont démarré dans leur garage… Steves jobs, Bill Gates, Jeff Bezos mais précédemment Walt Disney ou Harley davidson, dans des marchés en rupture et dans un monde où leur anonymat et le décalage proposé par leur produit ou leur modèle n’inquiétait pas au contraire il faisait rire…

Le monde a changé sous tous ses angles: l’accélération de la communication, l’explosion des modèles ancestraux soit disant increvables, fait qu’aujourd’hui, la concurrence inexistante un jour peut se découvrir et venir ruiner en quelques mois tous les efforts, parce-que plus vite, parce-que plus fort…

Viens donc se présenter l’opportunité de l’incubation, le modèle né de la croissance brutale du nombre de start-up naissantes…

Le Garage du 21° Siècle?

Plusieurs incubateurs privés ont été créés en France à la fin des années 1990, tels que Republic Alley, Kangaroo Village ou Startup Avenue. Leur modèle économique n’ayant pas survécu à l’éclatement de la bulle internet, leurs créateurs se sont orientés soit vers le conseil, ou vers le capital risque.

En 2005, un nouveau type d’incubateur qui prend le parti de coconstruire le projet avec l’entrepreneur : Conseils, mentorat, soutient capitalistique, l’incubateur assure un rôle de concentration des énergies et d’identification des projets méritants.

Puis, depuis 2010 une croissance brutale du nombre d’incubateurs est constatée : Les grandes écoles, les grandes entreprises, sous l’hôtel de l’accompagnement au développement et de l’échange industriel.

Enfin devant la promesse d’une aventure possible, s’ouvrent depuis quelques années des lieux libres, très bien markétés ou la valeur ajoutée pour le startuper se résumerait à la concentration d’énergies et de savoirs multiples, de la notion de garage à celle de parking ou le modèle économique (lui même start-up) consiste à cumuler le maximum de candidats afin d’assurer une rentabilité économique du lieu…

Incubation/co-working/maker-space, le trio gagnant…

Les lieux les plus aboutis semblent avoir une proposition complète et totalement dédiée : Réunissant dans un même lieu, un incubateur avec tous les services associés, Juridique, comptable, business où les jeunes poussent sont réellement accompagnées avec un programme précis d’accompagnement et de développement. Profitant d’un réseau bâtit lui même sur un écosystème identifié et vertical. Mais également un Maker-Space ou se trouvent tous les outils nécessaires au prototypage (3D), à la création graphique, accompagné par des animateurs sachants. Le tout enrobé par la présence in-situ d’un Co-Working ou passent et reviennent des créateurs indépendants diffusant au fil de l’eau et des contacts, nombre de conseils avisés assurant le rôle communautaire du lieu.

Normandy Ecospace en seine maritime est une illustration parfaite de ce type de lieu. Incubateur spécialisé Energie et Médias au sein d’un territoire rural, dont le capital est détenu en partie par NFACTORY le fond d’investissement normand, qui laisse présager la possibilité d’investissements permettant l’accélération potentielle des start-up incubées.

Mentorat et accompagnement à tous les étages

Pour finir, bien loin d’un parking, l’incubateur se doit d’être garant de la réussite des start-up qu’il héberge. L’accompagnement est l’un des enjeux majeur, tant sur le plan de la structuration administrative, bilantielle que technique. L’approche du marché et la construction d’un modèle économique attendu et perenne et le cas échéant un soutien financier bienveillant pour les premiers pas de la croissance évitant au créateur des dilutions peu avantageuses et souvent castratrices. #EnsemblePlusVitePlusLoin, lieu où il fait bon être, toute l’image que l’on se fait de ce type de lieu doit être d’un coup réalité, car loin d’être du sucre, cela permet de mieux appréhender les moments difficiles que traversera tout entrepreneur, dans cet univers parfois brutal mais au combien passionnant!!!!

Valéry JIMONET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *